Fès

Fès, capitale culturelle et spirituelle

Capitale culturelle et spirituelle du Maroc, Fès est une ville millénaire. En la jalonnant, on peut facilement se laisser emporter à travers son histoire, grâce à ses nombreuses mosquées, mederas, fondouqs, fontaines et salles d'ablution, jardins historiques, murailles et remparts, portes fortifiées, mellah et synagogues , manufactures, mausolées, palais et riads , places et souks. Que ce soit des Idrissides aux Alaouites, des Andalous aux Juifs, toutes les dynasties et tous les peuples ont laissé leur empreinte sur la ville. Ces dernières années de nombreux monuments ont été restaurés.

Quaraouiyine
Al Quaraouiyine القرويين en arabe (litéralement "la mosquée des kairouanais") est une des plus importantes mosquées du Maroc. Sa construction débute en 857 à Fès, sous le règne de la Dynastie Idrisside. C'est une femme, héritière d'un riche kairouanais, Oum Al Banine fatima Al Fihriya, qui est à l'origine de sa fondation. Tout au long des siècles, la mosquée voit son architecture évoluer et s'agrandir. Elle devient, du Xe au XIIe siècle, un important centre d'enseignement et une des premières universités au monde.
Tous les matériaux nécessaires furent extraits d'une carrière établie sur le terrain même; l'eau fut fournie par un puits creusé également au même lieu. La mosquée avait alors 150 empans (environ 35 mètres) de longueur du Nord au Sud, elle comprenait quatre nefs, une petite cour, un mhirab, un minaret peu élevé. La mosquée compte 270 colonnes formant 16 nefs de 21 arcs chacune. Chaque nef contient 4 rangées de 210 fidèles, soit 840 ce qui donne pour les 16 nefs 13440. Ajoutons 160 , nombre des fidèles qui se placent au besoin devant les colonnes ; 2700 encore peuvent trouver place dans la cour et 6000 dans la galerie, les vestibules les seuils des portes, de façon que 22700 fidèles peuvent entendre la prière à la fois.
Fès et son Festival
Le Festival des Musiques Sacrées du Monde se veut être porteur de l'esprit de Fès. L'effet en retour sur la ville de Fès est considérable à la fois en terme d'image et en impact de tourisme culturel et donc économique. La ville historique, théâtre de ce festival, est valorisée d'une façon exceptionnelle. Au delà de Fès, c'est une image positive qui est donnée, à travers cet événement, du génie de notre pays capable, grâce à ses richesses et traditions culturelles millénaires, de s'insérer dans un enjeu culturel mondial de grande envergure qu'il gère d'une façon particulièrement éloquente. Ce sont toutes ces traditions qui se trouvent valorisées et qui peuvent aussi devenir un point d'attrait, de plus en plus fort, pour un public international.
La dynastie des Idrissides
La dynastie des Idrissides, issue d'Idriss Ier, régna sur le Maroc de 789 à 985 de notre ère, date à laquelle le dernier prince idrisside, al Hasan ben al Khasim Gannun, fut définitivement vaincu par les Omeyyades du royaume de Cordoue. Les Idrissides furent à l'origine de la fondation de Fès et en firent leur capitale. Le Roudh el Cartas attribue à Idriss II la fondation de Fès en 808 ; en réalité,un premier site pour la ville fut établi dès 789 par son père, Idriss Ier, de l'autre côté de l'Oued Fès.
Souk
Les souks sont surement le grand interet de Fes. La visite du quartier des Tanneurs est le plus impressionnant. Les artisants se trouvent pieds nus dans des cuves de teinture le plus souvent naturelles. Les peaux ont ete au prealable debarrassees de leurs poils dans des bains de chaux pendant des semaines. Le formidable spectacle de ce travail peut etre apercu au sommet des commerces des tanneurs. Acceptez les feuilles de menthe a l'entree proposees par le commercant, afin de supporter les odeurs nauseabondes que vous affronterez au-dessus des cuves ! Attention en achetant des babouches,des sacs ou des poufs sachez que le cuir fassien perd facilement et definitivement son odeur par ce qu'il est bien travaillé...
Autres Souk des teinturiers, du henne, des bijoux, de la forge, de la menuiserie, tout est fabrique dans cette ville.
Bab Bou Jeloud
Située à l'ouest de Dar el-Batha, cette porte d'enceinte s'ouvre sur Fès el-Bali. Construite au XIIe siècle, puis restaurée vers 1913, elle est en émail bleu (couleur de Fès) à l'extérieur et vert (couleur de l'Islam) sur la face intérieure .
La place en-Nejjarine
La place doit son nom au souk des Menuisiers situé dans une ruelle en contrebas. Sa fontaine, avec son revêtement en mosaïque de faïence émaillée, est splendide et peu commune. Au fond de la place, le "fondouk" (maison des hôtes), récemment transformé en mosquée, s'ouvre sur une façade à la décoration d'une extrême richesse. Il date vraisemblablement du XVIIIème et a été entièrement restauré grâce à l'UNESCO.
La médrasa el Atarin
Cette médersa de petite taille est considérée comme l'une des plus belles de Fès. Construite en 1325 par le sultan Abou Saïd, elle renferme des trésors de l'art mérinide. Le toit de la médersa offre un intéressant point de vue sur la cour intérieure de la mosquée Karaouiyne voisine, et permet d'observer la vie sur les terrasses de la ville .

2 votes. Moyenne 4.50 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site